Colloque Fayol 2016


1-3 juin 2016

Histoire, économie et sciences

colloque-fayol.emse.fr > Henri Fayol > Une complexité multidisciplinaire

Une complexité multidisciplinaire

L’Administration n’est pas le seul écrit scientifique de Fayol, tandis que la gestion n’est pas la seule discipline à laquelle Fayol s’est consacré en s’appuyant sur une démarche scientifique. Si l’ouvrage mise sur la gestion des entreprises et sur le rôle des chefs et cadres d’entreprises, en réalité, il contient des apports des autres domaines qui ont intéressé Fayol pendant sa carrière de « grand patron ». La géologie et la paléontologie, la conduite rationnelle des exploitations minières, la question de la sécurité au travail sont également des domaines, des disciplines, dans lesquels Fayol a joué un rôle d’initiateur, de catalyseur des travaux. Cette conception du rôle de l’ingénieur se retrouve en écho dans ce texte. L’approche hétéroclite et, on dirait, pluridisciplinaire, de Fayol, est pourtant surprenante car elle comporte une double réflexion, d’un côté sur un métier, celui de l’ingénieur, et, de l’autre, sur une formation, celle des écoles d’ingénieurs.
Fondateur du génie civil ou de la gestion moderne, nous sommes convaincus de pouvoir comprendre la portée réelle de L’Administration en abordant Fayol dans son intégralité, en cherchant à isoler, mais aussi à relier les quatre axes principaux de sa démarche : l’entreprise, la technique, la science et la société. La science et le rapport entre science, exploitation minière, économie sont donc un autre domaine à explorer pour comprendre, d’un côté, la portée des découvertes de Fayol (comme la théorie des deltas), et, de l’autre, l’espace que la science occupe dans la genèse de l’ouvrage de Fayol. Dans ce domaine, bien avant la publication de l’Administration, il a initié des projets d’importance pour lesquels, conscient que ses connaissances étaient insuffisantes, il a su réunir autour de lui les plus grands noms, afin d’aborder avec des regards croisés le bassin de Commentry. À la fois témoin et acteur des évolutions techniques et scientifiques, il s’est aussi placé en position, de son vivant, de préparer sa propre hagiographie, par ses écrits comme par ceux qui sont indirectement devenus ses faire-valoir.
Reposant sur un but social fort, l’ouvrage de Fayol n’est pas et n’a jamais voulu être un simple essai académique. Il était tourné vers la société au sens large, vers les institutions, les lieux de formations, les services publics. Même si Fayol avait déjà, au cours des années précédentes, notamment au moment des cérémonies marquant le cinquantième anniversaire de la Société de l’Industrie Minérale, proposé sa réflexion sur la place du manager dans l’entreprise et son approche de la direction de la Commentry, Fourchambault et Decazeville, on oublie souvent que le contexte de la Grande guerre a pesé dans la mesure où elle couvre une grande partie du temps consacré par Fayol à la rédaction de L’Administration. Ce qui ne constitue en fait, au départ, qu’un article très étoffé du Bulletin de la Société de l’Industrie Minérale, apparaît certes comme un aboutissement des thèmes énoncés par Fayol dans des communications antérieures, mais ce n’est pas une fin. Ce que nous avions qualifié de testament apparaît plutôt comme un legs qui, dans l’immédiat, est prolongé par de nouvelles recherches de Fayol. L’Administration concrétise sur ce point une ambition formulée dès 1900, à Paris, lors du discours de clôture du Congrès international des mines et de la métallurgie dans lequel il regretta que :

« Les communications qu’a reçues le Congrès sont à peu près exclusivement techniques. Aucun écho de nos préoccupations ne s’y est fait entendre. Et cependant, le Congrès comptait des hommes particulièrement compétents en ces matières. Il est assurément regrettable, par exemple, que personne n’ait parlé de ces associations commerciales qui, sous les divers noms d’ententes, syndicats, comptoirs, trusts, ont pris depuis quelques années dans le monde industriel une si grande importance […]. Mais j’arrive de suite aux questions administratives sur lesquelles je désire appeler l’attention, parce que l’enseignement mutuel que nous pratiquons si utilement dans le domaine technique me paraît appelé à rendre de non moins grands services dans le domaine administratif. […]. La bonne utilisation des dons physiques, moraux et intellectuels des hommes, n’est pas moins importante pour le bonheur de l’humanité que la bonne utilisation de nos richesses minérales. Tout en cherchant à dominer la matière, selon l’expression de notre éminent président, nous devons nous ingénier à nous dominer nous-mêmes, à découvrir et à appliquer les lois qui rendront aussi parfaits que possible l’organisation et le fonctionnement des machines administratives. »

Contact | 2016 © MINES SAINT-Étienne
2016 | © MINES Saint-Étienne